L’Hôpital régional Sept-Îles inaugure un local d’accueil en contexte culturellement sécuritaire pour Autochtones

Le chef Mike Mckenzie et le maire Steeve Beaupré ont dévoilé l'affiche à l'entrée de la salle de sécurisation culturelle de l'Hôpital régional Sept-Îles. (Photo Jean St-Pierre, Macotenord.com)

Un nouveau local près de l’entrée principale de l’Hôpital régional à Sept-Îles permet un accueil dans leur langue et dans un contexte culturellement sécuritaire pour les clientèles innue et naskapie. Le chef d’Uashat mak Mani-utenam Mike Mckenzie a apprécié l’humilité de la PDG du CISSS Côte-Nord Manon Asselin lors de l’inauguration ce lundi matin. Cette dernière s’est presque excusée en affirmant que le lieu aurait dû exister depuis longtemps.

La PDG Manon Asselin s’est aussi engagée à créer des accueils culturellement sécuritaires dans d’autres établissements du réseau Côte-Nord. Le chef Mike Mckenzie a également apprécié l’effort de la dirigeante du CISSS Côte-Nord de prononcer quelques mots en innue.

Les Innus se méfient des Septiliens

Le député de René-Lévesque Yves Montigny et le maire de Sept-Îles Steeve Beaupré ont participé à l’inauguration. «Même si le gouvernement de la CAQ ne reconnaît pas le racisme systémique. Il est présent dans le réseau Côte-Nord. Des Innus préfèrent souvent aller se faire soigner à Québec», soutient le chef Mike Mckenzie. Le chef veut une sécurisation culturelle dans tous les départements de l’hôpital à Sept-Îles.

Le nouveau local sert de bureau à l’animateur culturel de l’Hôpital Beaudoin Lalo, (Photo Jean St-Pierre, Macotenord.com)

Il croit que le local décoré par l’artiste et enseignante de Maliotenam Dolores Michel, permettra de réduire la méfiance des Innus envers les services de santé au centre hospitalier de Sept-Îles. Le nouveau service sera précieux, entre autres, pour les aînés autochtones qui ne parlent pas français.

Le chef Mckenzie salue l’ouverture du CISSS Côte-Nord, mais n’exclut pas la possibilité de travailler à la création d’un Hôpital régional Innu. Il rappelait ce matin que 20 jeunes Innus des communautés de la Côte-Nord étudient en médecine.

Entrevue avec Mike Mckenzie, chef des Innus d’Uashat mak Mani-utenam.