L’imprévisibilité du transport aérien s’invite au congrès des SADC à Sept-Îles

Christine Pilote du Réseau des SADC du Québec et Annick Thibouthot directrice de la SDDC Côte-Nord ont revu la logistique, mais le congrès de Sept-Îles est bien amorcé.

L’annulation de vols d’Air Canada mardi a perturbé le 18e congrès du Réseau des SADC et des CAE qui s’est ouvert hier à Sept-Îles. Des gens ont attendu plusieurs heures à l’Aéroport Montréal-Trudeau, la délégation de l’Abitibi a fait le voyage Val d’Or-Sept-Îles par la route et des délégués ont cancellé leurs séjours sur la Côte-Nord.

Sept-Îles perd des retombées économiques et ça donne une idée des difficultés qu’occasionne le dossier du transport aérien pour le développement régional, se désole la directrice de la SADC Côte-Nord Annick Thibouthot.

Une vingtaine des 140 délégués étaient toujours attendus hier soir. Les organisateurs ont revu la logistique, mais la série d’activités de réseautage entre les régions est bien amorcée.

Entrevue avec Christine Pilote du Réseau des SADC du Québec et Annick Thibouthot directrice de la SDDC Côte-Nord

La programmation est construite pour faire découvrir des entreprises locales aux congressistes. Six circuits sont proposés aux participants, dont un qui visite des initiatives en développement durable jusqu’à Port-Cartier et un autre à la découverte des PME de la communauté innue d’Uashat mak Mani-utenam.

Lire aussi: Près de 140 acteurs du développement régional du Québec se réunissent à Sept-Îles