L’industrie de la pêche commerciale réfléchit à l’avenir à Sept-Îles

L'industrie de la pêche est appelée à grandir sur la Côte-Nord, selon les organisatrices des "Rencontres maritimes de Sept-Îles".

C’est plus d’une centaine de pêcheurs, gestionnaires d’usines de pêche et aquaculteurs de la Côte-Nord qui sont invités à réfléchir sur l’avenir de leur industrie lors des «Rencontres maritimes» débutants mercredi à Sept-Îles. Les organisatrices proposeront des pratiques rentables, sécuritaires et respectueuses de l’environnement.

Le secteur des pêches est appelé à progresser, notamment avec l’ajout de permis de homard et le maintien des quotas de crabe et de crevette, selon la directrice du Créneau de technologies marines de la Côte-Nord Marilou Vanier. La concertation entre les pêcheurs et les transformateurs est de mise pour un développement harmonieux, pense-t-elle.

Entrevue avec Marilou Vanier, directrice régionale Créneau d’excellence Ressource science et Technologies marines Côte-Nord et Geneviève Gélinas du Comité sectoriel de main-d’œuvre des pêches maritimes au Québec

Les participants visiteront d’abord mercredi le parc d’hivernage des bateaux de pêche de Sept-Îles et l’usine UMEK, modernisée en 2019 pour la transformation du crabe des neiges. Jeudi, les capitaines propriétaires de bateaux et les gestionnaires des usines se rencontrent en ateliers de formation, puis lors de débats avec experts et d’activités de réseautage.

Lire aussi : La sécurité en mer et le développement des pêches au cœur des Rencontres maritimes de Sept-Îles

La sécurité en mer et le développement économique des pêcheries sur la Côte-Nord seront au cœur des discussions. Les «Rencontres maritimes» de Sept-Îles sont organisées par le Comité sectoriel de main-d’œuvre des pêches maritimes, le Comité permanent sur la sécurité des bateaux de pêche du Québec et le Créneau ACCORD Ressources, sciences et technologies marines de la Côte-Nord.