L’inflation et la remontée des taux d’intérêt vont ralentir la Côte-Nord, selon Desjardins

Le marché du fer connaît des bouleversements, mais les investissements restent importants sur la Côte-Nord.

L’étude économique du Mouvement Desjardins pour la Côte-Nord prévoit un ralentissement en 2023. L’inflation et la hausse des taux d’intérêt pèseront sur les familles de la région. La pénurie de main d’œuvre et les hausses de salaires entraîneront une augmentation des coûts de production des entreprises.

L’étude régionale annonce tout de même une progression des emplois d’ici la fin de 2022 et en 2023. Le secteur de la construction sera marqué par le démarrage d’importants chantiers pour l’agrandissement de l’hôpital de Sept-Îles, pour le futur parc éolien Apuiat, aux cégeps de Baie-Comeau et Sept-Îles.

Secteurs plus fragiles

Desjardins souligne par contre la fin du chantier hydroélectrique sur la rivière Romaine à Havre-Saint-Pierre et une saison 2022 difficile dans l’industrie de la pêche. Le groupe financier présent avec des caisses populaires dans toutes les villes et villages de la Côte-Nord s’attend à une baisse des constructions neuves pour les maisons et les immeubles à logements en raison des coûts de construction et des taux hypothécaires.

Le taux d’inoccupation des logements va baisser. Desjardins estime qu’à Sept-Îles et Baie-Comeau, la difficulté de trouver un logement abordable est un enjeu croissant.

Secteurs dynamiques

L’étude de Desjardins note aussi le redémarrage de l’usine Biocarburant A.E., de la Scierie Arbec et de la coupe forestière à Port-Cartier, ainsi que la hausse des activités minières chez ArcelorMittal, au lac Bloom à Fermont et à Pointe-Noire Sept-Îles.