L’INM lance un outil pour l’enseignement du domaine minier aux Premières Nations

Sophie-Anne Soumis, conseillère à l’innovation et à la recherche à l'Institut national des mines. (Photo Facebook INM)

L’Institut National des Mines a lancé ce mercredi un outil d’accompagnement pour l’enseignement des métiers du domaine minier aux jeunes adultes des Premières Nations. Issu d’une vaste consultation, le guide propose des stratégies et des pratiques concrètes culturellement adaptées visant la persévérance et la réussite des élèves en formation professionnelle.

Les auteures ont consulté, notamment l’ancien directeur du CRÉA de Uashat Gilles Larouche et des étudiants des communautés innues. La conseillère à l’innovation de l’INM Sophie-Anne Soumis perçoit l’intégration des cultures autochtones dans les programmes d’enseignement comme la solution pour recruter des jeunes et les guider jusqu’à l’obtention d’un diplôme.

Un emploi dans le secteur minier représente un déracinement pour les jeunes des Premières Nations, convient-elle. Le milieu de l’enseignement est sur la bonne voie. Le guide viendra aider à améliorer les pratiques et le taux de réussite dans les institutions d’enseignement qui fournissent la main-d’œuvre aux compagnies minières.

Entrevue avec Sophie-Anne Soumis, conseillère à l’innovation et à la recherche à l’Institut national des mines

Lancé en Abitibi ce matin, le guide disponible seulement en version papier s’adresse au personnel des Centres régionaux d’éducation des adultes en milieux autochtones, mais aussi aux gens des CFP comme Sept-Îles et Forestville qui offrent de la formation minière. Il est le résultat d’un travail de recherche auprès des élèves issus des Premières Nations et Inuit dans des programmes d’études menant à un métier du secteur minier.