L’instigatrice du milieu de vie pour étudiants autochtones à Sept-Îles, l’Innue Tanya Sirois partage la fierté d’une belle réussite

La présidente du Regroupement des centres amitiés autochtones du Québec Tanya Sirois animait la cérémonie d’inauguration du Centre Nutshimit. (Photo Jean St-Pierre, Macotenord.com)

L’instigatrice du Centre Nutshimit Tanya Sirois a perçu une grande fierté Autochtones-Allochtones lors de l’inauguration officielle cette semaine du premier milieu de vie communautaire dédié aux étudiants autochtones au Québec. La directrice du Regroupement des Centres d’amitié autochtones salue une initiative à Sept-Îles, pensée et réalisée par et pour les Innus. « Sept-Îles accueille un complexe unique au Canada! »  

Il y a d’autres résidences pour étudiants autochtones au pays, mais aucune n’est un véritable milieu de vie avec un CPE, une cuisine communautaire, des aires de jeux et des services professionnels. Le Centre Nutshimit est le fruit d’une concertation entre les leaders du milieu, puis d’une consultation des futurs usagers.

La directrice du regroupement précise que ça n’a pas toujours été facile. Tanya Sirois, le ministre Ian Lafrenière et d’autres invités en ont profité pour souligner l’apport de l’ancien maire Réjean Porlier, qui a eu le courage de faire face aux appréhensions des citoyens, lorsque le site proposé était situé sur la rue Holliday, plutôt que derrière le Cégep de Sept-Îles.

Du concret pour la réussite

La mise en chantier a été retardée par la pandémie de Covid, les travaux ont été interrompus par les feux de forêt, mais à terme le résultat est probant. « C’est un peu pour ça que ce fut une cérémonie de la fierté », affirme Tanya Sirois, originaire de Pessamit.  

Entrevue avec Tanya Sirois, directeur général du Regroupement des centres d’amitié autochtones du Québec

L’objectif premier du Centre Nutshimit est de favoriser le retour aux études des Innus qui n’ont pas de diplôme de formation professionnelle. Les résidents fréquentent le Centre régional d’éducation des adultes du boulevard Montagnais à Uashat, le Cégep de Sept-Îles ou le Pavillon UQÀC-Alouette.

« Les vrais résultats viendront à moyen et long terme avec la diplomation d’un plus grand nombre d’Innus des communautés. Ce dont nous sommes le plus fiers, c’est de mettre en place une solution concrète qui répond aux besoins des étudiants autochtones », conclut Tanya Sirois.

Une centaine de personnes ont assisté à la bénédiction par Paul-Arthur McKenzie du milieu de vie pour étudiants autochtones Nutshimit. (Photo Jean St-Pierre, Macotenord.com)

Le nouveau milieu de vie pour étudiant autochtone de Sept-Îles a été inauguré lundi par trois ministres, une sénatrice et plusieurs dignitaires, lors d’une grandiose cérémonie traditionnelle comprenant une bénédiction et un grand Makusham au son du Takuaikan.

Lire aussi : Le milieu de vie pour étudiants autochtones de Sept-Îles inauguré par une bénédiction et un grand Makusham au son du Takuaikan