L’OBV Duplessis, un acteur précieux sur la Côte-Nord pour comprendre les enjeux de l’eau douce

Le lac des Rapides, image provenant de Tourisme Côte-Nord/Tourisme Sept-Îles.

De Baie-Trinité jusqu’à Blanc-Sablon en passant par Fermont, l’OBV Duplessis a pour mission d’étudier 58 bassins versants de rivière et 57 zones de ruisseaux côtiers. En ce mois de juin «Mois de l’eau», Arsenal Média s’est entretenu avec Peter Ilisituk, agent de projets à l’OBV Duplessis afin de mieux cerner la mission de l’organisme.

M. Ilisituk explique que l’organisme de concertation s’arrange pour que tous les acteurs qui ont un mot à dire par rapport à l’eau douce soient en mesure de communiquer ensemble. L’OBV s’assure que la population en générale soit bien informée sur les enjeux de l’eau.

Plusieurs éléments peuvent menacer les bassins versants comme le réchauffement climatique et les activités humaines. M. Ilisituk indique qu’il est tout de même difficile de surveiller la totalité des bassins versants. « On essaie de marier pas seulement le côté environnemental, mais les côtés culturels et sociaux. À l’OBV, oui on parle de la qualité d’habitat, mais on parle aussi d’altération de l’habitat faunique ou floristique. On parle aussi de perte de liens culturels avec l’eau, c’est un dossier qui est quand même assez large ».  

Étant donné la difficulté de surveiller l’état de tous les bassins versants sur un territoire de 162 700 km2, l’équipe se concentre sur les lieux où il y a un potentiel de conflit d’usage, là ou la nature et l’homme se côtoient. « On peut parler du Lac des Rapides, qui est très important au niveau écologique et au niveau culturel pour la ville de Sept-Îles. », explique Peter Ilisituk.

Entrevue avec Peter Ilisituk, agent de projets à l’OBV Duplessis.