Marilène Gill a le cœur brisé par la découverte au Pensionnat de Kamloops

Le site du Festival Innu Nikamu, est situé sur le terrain de l'ancien pensionnat de Maliotenam.

La députée fédérale sur la Côte-Nord Marilène Gill met le drapeau de son bureau principal en berne, afin d’honorer la mémoire des 215 enfants autochtones dont les corps ont été retrouvés sur le terrain du pensionnat de Kamloops, en Colombie-Britannique.

«J’ai eu le cœur brisé en apprenant la terrible découverte! Au nom des Nord-Côtiers, je veux offrir mes plus sincères condoléances aux familles et à la communauté de Tk’emlúps te Secwépemc, ainsi qu’aux neuf communautés innues et à la communauté naskapie de la Côte-Nord. Cette découverte nous rappelle à nouveau cet horrible chapitre de l’histoire canadienne que représentent les pensionnats autochtones et l’urgence d’agir pour tous les enfants», a exprimé Marilène Gill.

Le ministre responsable des affaires autochtones au gouvernement du Québec Ian Lafrenière a déclaré aujourd’hui qu’il n’était pas exclu que des dépouilles d’enfants autochtones se retrouvent aussi sur les sites des anciens pensionnats au Québec.

Le Pensionnat de Mani-Utenam a opéré de 1952 à 1970, déracinant des centaines d’enfants autochtones de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec.

Même si le dossier est de juridiction fédérale, le ministre Lafrenière veut consulter les communautés concernées à propos de la pertinence de réaliser des fouilles au Québec où il y a eu six pensionnats autochtones jusqu’en 1991.

Lire aussi: Découverte de 215 enfants autochtones morts en Colombie-Britannique| ITUM met son drapeau en berne