Marilène Gill craint la création de deux classes d’aînés

Marilèene Gill, de Manicouagan (photo: courtoisie)

La députée de Manicouagan Marilène Gill partage les préoccupations du Réseau FADOQ. La présidente Gisèle Tassé-Goodman dénonce la volonté du gouvernement Trudeau de créer deux classes d’aînés en excluant les 65 à 74 ans de toute augmentation de la pension de vieillesse. 

Au nom du Bloc Québécois, la députée sur la Côte-Nord réagit à la perte de pouvoir d’achat des aînés et exige une hausse de la pension de vieillesse pour tous les 65 ans et plus. «Les séparer en deux classes, comme le proposent les libéraux de Justin Trudeau, est une profonde injustice, affirme Marilène Gill qui soutient sans réserve la FADOQ et sa présidente. La fédération de l’Âge d’Or du Québec exige qu’Ottawa rectifie le tir au plus vite en augmentant la pension dès 65 ans.

Vendredi matin, la présidente de la FADOQ, Gisèle Tassé-Goodman, soulignait dans une lettre ouverte l’ampleur de la vague de colère témoignée par les aînés à son organisation à la suite de la création de deux classes d’aînés par le fédéral. 

«Il n’y a que les libéraux de Justin Trudeau pour tenter de diviser les aînés en deux classes et c’est inacceptable. Le Bloc Québécois continuera de se battre avec les aînés», a conclu la députée de Manicouagan.