Marilène Gill indignée et émue comme femme aux racines autochtones

La députée du Bloc Québécois Marilène Gill

En réaction au rapport de l’ENFFADA, la députée de la Côte-Nord Marilène Gill se dit indignée, choquée et émue. Elle demande au gouvernement canadien de mettre fin aux conséquences de son colonialisme et réparer ses erreurs auprès des Premières Nations.

Marilène Gill a assisté à la cérémonie de clôture de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées à Gatineau. La députée de la Côte-Nord qui a des ancêtres autochtones, a déclaré que la Canada a 150 ans de retard en matière de droits autochtones.

Elle craint que le rapport de 231 recommandations se retrouve sur une tablette, après l’élection d’octobre prochain, comme celui de la Commission Vérité et Réconciliation. «On ne manque pas de rapport de qualité, mais d’actions concrètes et immédiates», selon Marilène Gill.