Marilène Gill veut l’aide du fédéral pour la souveraineté alimentaire de la Côte-Nord

La députée de la Côte-Nord Marilène Gill (photo: courtoisie)

La députée sortante dans Manicouagan poursuit sa campagne électorale en proposant cinq améliorations aux programmes du gouvernement du Canada pour favoriser la souveraineté alimentaire sur la Côte-Nord. Marilène Gill veut de l’aide pour l’agriculture émergente partout dans son comté et l’industrie de la pêche.

Selon elle, le programme Nutrition Nord ne fait pas assez pour Anticosti et la Basse-Côte-Nord où les produits frais coûtent chers et se font rare, surtout l’hiver. La députée du Bloc Québécois demande des crédits d’impôt pour les entreprises qui mettent en vente les produits marins de la région.

Le gouvernement du Canada doit soutenir financièrement l’agriculture émergente, selon elle. «Partout, même en Basse-Côte-Nord, je vois plusieurs initiatives par des petites entreprises du secteur bioalimentaire. Les programmes fédéraux ne sont pas adaptés à leur réalité», affirme la députée de Manicouagan.

Marilène Gill s’implique pour une réappropriation du fleuve avec son projet d’autorisation d’une pêche récréative sur les battures.  «Les Nord-Côtiers devraient avoir un mot à dire sur les orientations du fédéral, trop souvent déconnecté du terrain, déclare la députée Gill. La Côte-Nord et le potentiel incroyable de son terroir doivent être pris en compte » , croit-elle.