Moins de 15% de télétravailleurs sur la Côte-Nord

Image d'illustration par Depositphotos

14,9 % des travailleurs de la région de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec ont eu recours au télétravail en 2022, selon une enquête de l’Institut de la Statistique du Québec (ISQ) dévoilée mardi.

Le télétravail est devenu incontournable depuis la pandémie, mais la réalité au Québec diffère d’une région à l’autre.

Le Portrait du télétravail au Québec effectué par l’ISQ nous apprend que la région Côte-Nord – Nord-du-Québec est celle de la province dans laquelle cette pratique est la moins répandue.

Parmi ceux qui ont eu recours au télétravail en 2022 dans la région dont 10,6% en mode hybride et 4,3% en télétravail exclusif.

À l’échelle de la province, ce sont 34,6% des personnes qui ont télétravaillé en 2022. Le taux de télétravail dépasse les 40% dans les régions de l’Outaouais, de Montréal et de la Capitale-Nationale. Il est bien moins répandu en Abitibi-Témiscamingue et au Bas-Saint-Laurent qui accompagne la Côte-Nord sous la barre des 20%.

Dans son enquête, l’Institut de la statistique du Québec remarque que ce sont les régions où on trouve une forte proportion d’industries du domaine des services (régions urbaines) qui ont des taux de télétravail plus élevés que celles où on trouve plutôt des industries de la fabrication ou des ressources naturelles (régions ressources et manufacturières).

Il y a du potentiel

Selon le portrait, davantage de personnes pourraient opter pour le télétravail dans la région. Le potentiel de télétravail sur la Côte-Nord a été calculé à 31,2%, soit 16,3% de plus que le taux réel en 2022.

Pour expliquer cet écart, l’Institut de la statistique du Québec évoque plusieurs hypothèses comme le fait que le navettage domicile-travail se fait facilement en région, que les entreprises peuvent être réticentes au télétravail ou encore que les travailleurs préfèrent venir au bureau pour travailler en équipe.

Des gestionnaires et plus de femmes

Les femmes télétravaillent plus majoritairement à 40 %, tandis qu’il s’agit de 31 % des hommes au Québec.

Le télétravail est également plus répandu chez les gestionnaires et pour les personnes qui ont un emploi professionnel et une rémunération élevée.

En termes de génération, ce sont les 25 à 54 ans qui sont le plus adeptes : 40 %.

Enfin, on retrouve davantage le télétravail dans certains emplois Finance, assurances, et immobilier (75 %), services professionnels, scientifiques et techniques (73 %) et administration publique (65 %).