Négligence criminelle | Un procès de huit semaines s’ouvre à Sept-Îles

La Côte-Nord héberge quelques mines à ciel ouvert dont la mine du Mont Wright près de Fermont (Photo : ArcelorMittal)

C’est le début du procès contre la compagnie Arcelor Mittal, accusée de négligence criminelle en lien avec un accident du travail survenu en 2019.

Le procès s’est ouvert ce lundi au palais de justice de Sept-Îles. Il devrait durer environ huit semaines et se tenir en partie à Fermont.

Les faits remontent à juin 2019 et se sont déroulés au complexe minier du Mont Wright près de Fermont. L’accident a causé des lésions corporelles sur un employé.

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail a pointé du doigt la gestion déficiente de la compagnie. Arcelor Mittal a plaidé non coupable aux accusations de négligence criminelle.

Témoins protégés

Une cinquantaine de témoins devraient être entendus au cours des audiences. Fait rare : leur identité devrait être protégée par une ordonnance de non-publication que l’on voit habituellement dans des agressions sexuelles ou dans des affaires impliquant des mineurs.

Dans ce cas-ci, la protection de l’identité est justifier pour éviter que leur témoignage n’ait pas de conséquences ou de préjudice.

Correctif – Une version précédente de cet article indiquait que les accusations étaient reliées à un accident mortel survenu en septembre 2019. Il s’agit plutôt liées d’un événement qui a eu lieu en juin 2019 et qui n’a pas été mortel.