Négociation dans l’impasse | Champion Iron est déçu du vote de grève des Métallos du Lac Bloom

La compagnie Minerai de fer Québec (Champion Iron) opère mine et concentrateurs au Lac Bloom.

Malgré les efforts de médiation, la négociation est rompue entre le syndicat des Métallos et Champion Iron. Les syndiqués de la mine du Lac Bloom ont voté contre la dernière proposition patronale et accordé un mandat de grève que l’exécutif peut utiliser au moment opportun. Confirmant l’information par communiqué ce lundi soir, la compagnie minière se dit déçue.

Le chef de la direction de Champion David Cataford affirme qu’il a à cœur le bien être des employés. « Nous sommes déçus de ne pas être parvenus à une entente avec le syndicat à la suite des récentes discussions et du processus de conciliation. Nous cherchons à mettre en place les meilleures conditions de travail possibles afin de retenir, d’attirer et de développer les meilleurs talents, tout en veillant à ce que notre Société puisse naviguer dans des contextes économiques volatils », déclare-t-il.

Une offre concurrentielle

« Notre plus récente offre globale atteint cet objectif à tous les niveaux. Nous avons fait preuve de transparence avec les Métallos depuis le début des négociations et nous sommes confiants que ses membres reconnaissent nos efforts importants pour offrir un environnement de travail sain et des conditions concurrentielles en vue d’une nouvelle convention collective », ajoute le chef de direction de Champion.

La minière croit avoir proposé des conditions justes et équitables. Elle prétend que son offre tient compte des besoins de ses employés et vise à protéger leur pouvoir d’achat individuel devant l’inflation, en plus de refléter la dynamique concurrentielle de l’industrie.

La compagnie continue de collaborer afin de trouver un terrain d’entente. Elle précise que ses employés syndiqués affiliés aux Métallos représentent 63 % de l’effectif de la mine de fer du Lac Bloom.

Pas d’arrêt des exportations

Le mandat de grève et les discussions en cours n’ont pas d’incidence sur les opérations au Lac Bloom pour l’instant. Bénéficiant d’importantes liquidités et de stocks de concentré de minerai de fer accumulés, la minière se dit en bonne posture pour atténuer les impacts d’une grève potentielle sur ses opérations et sa situation financière.

Rappelons que les travailleurs Métallos du Lac Bloom ont rejeté une première fois à la mi-janvier dans une proportion de 98,6 % une proposition de convention collective de leur employeur, Minerai de fer Québec, filiale de Champion Iron Limited.

Le syndicat jugeait alors que ses membres n’obtenaient pas de rattrapage salarial comparable aux autres compagnies minières. Outre les salaires, l’offre patronale était aussi considérée insuffisante sur l’ensemble des avantages sociaux de la convention collective.