Nouveau Monde Graphite relance l’intérêt pour une mine au Lac Guéret au nord de Baie-Comeau

Une coentreprise pour la relance d'un projet minier à 285 km au nord de Baie-Comeau.

L’exploitation d’une première mine dans le secteur Manicouagan devient plus probable avec l’arrivée de Nouveau Monde Graphite Inc dans le projet du lac Guéret. L’entreprise québécoise a annoncé hier une entente avec Mason Graphite pour développer la propriété reconnue pour contenir du minerai pour une exploitation d’un minimum de 250 000 tonnes par an de concentré de graphite.

Nouveau Monde Graphite (NMG) prévoit investir 10M$ et former une coentreprise en détenant une participation de 51% pour exploiter la mine accessible par la route 389, à 285 km au nord de Baie-Comeau. La convention d’investissement entre NMG et Mason Graphite dépend d’abord d’une mise à jour attendue cet été de l’étude de faisabilité, puis de l’approbation par les actionnaires. Le projet prévoit aussi un investissement de 30M$ dans une usine de première transformation à Baie-Comeau.  

Minéraux stratégiques au Québec

La dernière étude par Mason Graphite date de 2015. Elle est fondée sur un gisement comptant au total 65,5 millions de tonnes ayant une teneur de 17,2%. Le graphite est utilisé à la production des batteries pour les véhicules électriques et au stockage d’énergie renouvelable. Il appartient aux minéraux identifiés comme critiques et stratégiques au Québec, puisqu’il deviendra important dans une économie et une technologie propre et moderne.

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, Pierre Fitzgibbon croit au projet dans la MRC Manicouagan. «Le partenariat annoncé permet de propulser sur la scène mondiale le secteur québécois du graphite et de consolider sa position comme chef de file en Amérique du Nord. Il réunit les deux projets les plus avancés en Amérique du Nord, tous deux situés au Québec, on solidifie notre chaine de valeur de la batterie», explique le ministre par communiqué.