Nouvelle résidence étudiante autochtone: plus qu’un bâtiment, une transformation sociale

(Image: Regroupement des Centres d'amitié Autochtones Québec)

Le projet de construction à Sept-Îles d’une résidence étudiante pour la clientèle autochtone est bien plus qu’une nouvelle infrastructure, c’est une initiative de transformation sociale aux yeux de la directrice du Regroupement des Centres d’amitié Autochtones Québec Tanya Sirois.

Les travaux préparatoires commencent lundi et le chantier se mettra en branle en mai près du Cégep de Sept-Îles. Le Regroupement y travaille depuis 2017 et a réussi à trouver le financement de 10M$.

Originaire de la communauté innue de Pessamit, la directrice Tanya Sirois y voit un incitatif pour un retour aux études dans de bonnes conditions pour des décrocheurs.

Elle croit que d’ici 10 ans, la cohabitation entre Québécois et Innus sur la Côte-Nord passera à autre chose après le débat sur le racisme, systémique ou non. La solution passe par l’éducation selon l’instigatrice de l’aménagement d’un milieu de vie pour étudiants autochtones à Sept-Îles.

Entrevue avec Tanya Sirois, directrice du Regroupement des Centres d’amitié autochtones Québec

Lire aussi : Sept-Îles mise sur l’espace derrière Manikoutai pour ses terrains sportifs