Olivier Brière, un gars qui n’a pas froid aux yeux!

Olivier Brière

Se lever très tôt le matin pour sauter dans une eau à 0 degré, ça vous dit? Olivier Brière est sans aucun doute très courageux! Lui et sa conjointe Stéphanie Morin se sont installés à Sept-Îles le 15 mai 2021 pour profiter d’un sport qui gagne en popularité au Québec…le surf!

Ayant voyagé durant 13 ans pour surfer les plus belles vagues sur le globe, de la Polynésie en passant par les féériques îles d’Hawaii, Olivier et Stéphanie ont décidé de venir à Sept-Îles pour les vagues, mais aussi pour la culture nord-côtière et les paysages à couper le souffle.

Olivier n’en revient pas de pouvoir vivre ce rêve, et ce, au Québec! Il ne pensait jamais pouvoir trouver un tel paradis de surf, été comme hiver, dans la belle province.

En effet, il y a énormément de québécois qui cherchent actuellement un endroit où vivre pour pouvoir surfer après le boulot ou la fin de semaine, le surf, ce n’est pas qu’un simple sport, c’est souvent un mode de vie pour les adeptes des vagues. Certains n’hésiterons pas à quitter le patelin pour déménager près de l’océan. Le potentiel de surf sur la Côte-Nord gagne en popularité, le mot se passe et de bouche à oreille, de plus en plus de québécois découvriront ce trésor unique : des vagues!

Ce n’est pas rien, imaginez, des centaines de personnes font la file à Montréal pour surfer une seule vague, la vague à Guy, comme on l’appelle. Si ces adeptes connaissaient la vérité sur le surf à Sept-Îles, certains d’entre eux déménageraient sans aucun doute sur le champ!

Olivier Brière est clair, selon lui, Sept-Îles détient quelque chose d’unique, un véritable « Aloha Spirit » comme il a connu à Hawaii… Un esprit de cohabitation chaleureux avec les innus, une culture riche, une nature absolument magnifique et bien sûr, des vagues!

Une séance de surf dans une eau glaciale

On se rapproche de la courte période de l’année ou les glaces viendront bloquer les vagues, Olivier en profite donc énormément. Les dernières séances de surf étaient extraordinaires, il n’avait jamais vu ça. Le fait de surfer sur des vagues « slocheuses » était toute qu’une expérience.

L’habit de néoprène doit aussi être plus épais que celui utilisé durant l’été, explique t-il. Il faut aussi être à l’écoute de son corps, si Olivier commence à avoir froid aux mains, il ne faut pas attendre et il doit tout de suite commencer à nager pour sortir de l’eau. Olivier Brière a quand même surfé 2 heures lors de sa dernière séance. Fait cocasse, il fait plus chaud dans l’eau qu’à l’extérieur, « ça donne un gros choc lorsqu’on sort de l’eau et qu’on arrive sur la plage, il faut tout de suite aller se réchauffer dans l’auto ».

Olivier Brière donne des cours de surf l’été au Surfshack, il pourra donc vous initier, mais attention, car vous aurez peut-être la piqûre et ensuite, vous ne pourrez plus jamais vous en passer!

Voici des photos impressionnantes prises par Stéphanie Morin.