Party de Noël : quelques conseils de Éduc’alcool pour une période festive et sans excès

Photo courtoisie

Le temps des Fêtes est bien amorcé pour plusieurs Québécois et cette lancée se poursuivra pour encore plusieurs jours. Pour l’occasion, la directrice générale d’Éduc’alcool, Geneviève Desautels, nous prodigue quelques conseils.

Depuis sa fondation, Mme Desautels mentionne que l’organisme divulgue quelques trucs dans l’optique de passer de belles fêtes « pour s’en rappeler ». Toujours sous le signe de la modération, mais sans pour autant dénaturer l’esprit des Fêtes, il a décidé, cette année, de créer des trousses par type de party.

Que ce soit un party de bureau, d’amoureux, avec des enfants et même pour ceux qui font plus d’un party au cours de la soirée, chaque trousse est préparée en fonction de caractéristiques spécifiques à chacun d’eux.

« On parle de comment on s’y rend et on revient, de même que comment on consomme de façon modérée », explique-t-elle.

Après deux ans de pandémie, la frénésie s’est emparée des Québécois en prévision de cette période. Mme Desautels indique qu’il est normal d’être fébrile à l’idée de retrouver ses collègues, amis et membres de la famille autour d’un verre, mais selon elle, il est possible de le faire sans tomber dans l’excès.

« C’est à ce moment que l’idée de l’alternance de l’alcool avec un mocktail entre en ligne de compte. Ou tout simplement de demeurer sur les cocktails sans alcool car on est chauffeur désigné. Pour les hôtes de ces rassemblements, offrez des options sans alcool, il y en a une centaine sur le notre site Web alternalcool », ajoute-t-elle.

Le verre standard et le Calcoolateur

La directrice générale avait aussi deux autres options pour une soirée festive sans tomber dans l’exubérance; le verre standard et le Calcoolateur.

Le premier est un instrument de mesure de la quantité d’alcool à verser dans les différents verres selon les différentes catégories de produits.

« Un peu à l’image d’un repas, ce n’est pas parce que j’ai pris deux bouchées qu’on est obligé de remplir mon assiette. Le même principe s’applique avec un verre de vin » – Geneviève Desautels

À ce sujet, la brochure « Savoir recevoir » est un allié et a été entièrement revampée. Elle est désormais disponible sur le site Internet de Éduc’alcool, en version téléchargeable.

Quant au Calcoolateur, il s’agit d’un outil suivant l’évolution de son alcoolémie, en plus de prendre de meilleures décisions. Ses nombreuses questions permettent de mieux déterminer le taux d’alcoolémie.

« L’une d’entre elle porte sur le nombre de verres standard pris au cours de la soirée, d’où l’importance de savoir un décompte exact, sinon le reste du questionnaire est erroné », poursuit-elle.

Il est parfois facile de dépasser le total de verres recommandés par l’organisme au cours d’un marathon de rassemblements familiaux, de Noël, du Jour de l’an et entre collègues de bureau. Mme Desautels rappelle qu’il faut bien s’hydrater, car l’enjeu des fameux « lendemain de veille » est intimement lié à la consommation d’alcool. Manger à sa faim et dormir convenablement fait aussi partie de sa liste.