Pas de problème de ressource et un prix record le crabe de la Côte-Nord

Les débarquements de crabe des neiges débuteront bientôt sur les quais de la Côte-Nord.

Le prix versé au débarquement aux pêcheurs de crabe de la Côte-Nord a doublé, pour atteindre 7$ la livre ce printemps, ce qui compense pour les baisses de quotas. La ressource est au rendez-vous, mais au moins deux usines de transformation ont manqué de main d’œuvre en début de saison.

Les usines de Longue-Pointe-de-Mingan et de Baie-Trinité ont débuté lentement. Des travailleurs étrangers ont été plus longtemps que prévu en isolement pour respecter les mesures sanitaires de la pandémie. L’usine UMEK à Sept-Îles par contre fonctionne à plein régime depuis le début du mois.

La saison de pêche a plutôt bien démarré, selon le gestionnaire de l’Agence AMIK, qui opère trois bateaux débarquant du crabe à Havre-Saint-Pierre et Sept-Îles. La pêche a été plus facile dès le début, au large des Sept-Rivières.  »Une baisse survient chaque printemps lorsque les rivières se vident de glace et ensuite, il y a une période intense de capture de crabe jusqu’à l’arrivée du capelan », explique Serge Langelier.

Le responsable des pêches innues a exprimé, ce printemps, ses inquiétudes sur les impacts des changements climatiques pour la pérennité de la ressource. Le scientifique du ministère des Pêches et des Océans qui étudie le crabe des neiges du Saint-Laurent, Cédric Juillet, reste prudent sur l’évolution des stocks en dehors du cycle de reproduction de l’espèce.

Entrevue avec le biologiste responsable des avis scientifique sur le crabe des neiges à l’Institut Maurice-Lamontagne du ministère des Pêches et des Océans, Cédric Juillet