Plus de requins et de méduses, mais moins de baleines au large de la Côte-Nord

Le requin-pèlerin est terrifiant à première vue, mais inoffensif. (photo pixabay)

C’est une année particulière pour l’observation en mer, témoigne le capitaine Jacques Gélineau, qui voit surtout des méduses depuis le début de la saison touristique dans l’Archipel-de-Mingan. Lors d’une excursion de pêche à la morue près de Sept-Îles, Stéphane Beaulieu, lui a eu au bout de sa ligne samedi, un inoffensif, mais très impressionnant requin-pèlerin.

En extase de vivre pareil expérience, le pêcheur a filmé le grand saut du requin d’environ 8 mètres qui voulait se déprendre de l’hameçon.

Voir la vidéo ici

« C’est un mangeur de méduses et de plancton, donc aucun danger pour nous », explique Jacques Gélineau. Il s’agit du deuxième plus grand requin et poisson au monde, avec une taille proche d’un petit rorqual.

Jacques Gélineau en a suivi six près de Sept-Îles, il y a 3 ans. Le requin-pèlerin est en voie de disparition et protégé. Quelques individus viennent chaque année en juillet et août dans le Saint-Laurent pour le plancton. La grande différence cette année, c’est la quasi-absence de baleines au large de la Côte-Nord.

Jacques Gélineau a parlé à quelques collègues du réseau d’observation des mammifères marins. « Nous avons observé quelques marsouins et une vingtaine de petits rorquals depuis mars. Rien de comparable aux centaines d’observations des dernières années. »

Le capitaine Gélineau travaille à Longue-Pointe-de-Mingan, où les nombreux touristes peuvent observer des macareux moines qui nourrissent leurs bébés et qui nichent sur les îles de la Minganie.