Plusieurs scénarios se dessinent pour combler le vide laissé par Air Canada

(Crédit photo Aéroport Mont-Joli)

Une Coop aérienne basée à Sept-Îles, RégionAir compagnie opérée par la Régie de l’Aéroport de Mont-Joli ou la mise en place de lignes aériennes privées par divers transporteurs comme PAL Airlines et Air Liaison… Pour l’instant, les scénarios se multiplient et les leaders réfléchissent aux options pour combler le vide laissé par Air Canada.

Pour le maire de Sept-Îles, il est clair qu’Air Canada ne fait plus partie de la solution. «Ce qu’à toujours voulu Air Canada, c’est d’amener les gens des régions vers ses lignes internationales», analyse Réjean Porlier. L’annonce du retrait d’Air Canada pour plusieurs liaisons régionales laisse un grand vide. «Les gens comme moi le voient et proposent des choses», affirme le maire Porlier.

Le ministre François Bonnardel a annoncé hier la création d’un groupe d’interventions sur le transport aérien régional.

Le maire Réjean Porlier se réjouit de voir que ses prédécesseurs n’ont jamais accepté que la Ville de Sept-Îles prenne en charge la gestion de l’aéroport, qui reste propriété du gouvernement du Canada. Il s’agit d’un avantage important dans le contexte actuel. Les villes de Baie-Comeau et Mont-Joli anticipent des déficits importants dans le budget de leurs aéroports à la suite de la fermeture des bureaux d’Air Canada dans les deux endroits.