Protection de la Magpie : les défenseurs prêts à monter aux barricades pour une aire protégée

La troisième chute de Muteshekau-shipu (rivière Magpie) (photo SNAP Québec)

L’alliance Muteshekau-shipu, qui regroupe des élus autochtones et allochtones de la Minganie et plusieurs organismes de protection de l’environnement, a publié la semaine dernière la vidéo « Magpie, pour toujours », comme ultimatum à Hydro-Québec pour qu’il n’y ait pas de barrage sur la rivière Magpie. 

La société d’État et le gouvernement doivent arrêter avec leur double discours estime le Directeur de la conservation à la Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec), Pier-Olivier Boudreault. « On nous dit inquiétez vous pas on n’a pas de projet de barrage à court terme, mais en coulisse Hydro-Québec refuse que la rivière soit protégée de manière permanente. »

La vidéo de cinq minutes qui a été publiée la semaine dernière vise à rappeler que le « non » fait consensus en Minganie. L’Alliance Muteshekau-shipu veut la création d’une aire protégée, qui serait un geste officiel de protection de la Magpie. 

« Ça fait près de 15 ans qu’on travaille à protéger la rivière ».

Protéger pour investir

La rivière Magpie est déjà classée parmi les meilleures au monde pour les activités en eau vive. La reconnaissance en tant qu’aire protégée de se développer économiquement, croit Mr Boudreault. « On veut un développement axé sur le récréotourisme qui maintienne la rivière dans son intégrité. Mais aucun investisseur ne va être intéressé à faire des activités de ce type-là s’ il y a une menace de développement hydroélectrique sur la rivière ».  

Mr Boudreault prend l’exemple de la rivière Colorado où les investissements ont permis des retombées économiques importantes.

Travailler avec la jeunesse innue

L’une des grandes motivations, rappelle Pier-Olivier Boudreault, est de maintenir le lien entre les Innus, le territoire et sa pratique d’activités traditionnelles. L’Alliance Muteshekau-shipu travaille avec la jeunesse innue pour prendre la parole dans la défense de la Rivière : « c’est beaucoup les jeunes qui assurent le leadership sur le dossier, soutenus par leur chef », raconte le Directeur de la conservation à la SNAP Québec.

Entrevue avec Pier-Olivier Boudreault, Directeur de la conservation à la SNAP Québec et membre de l’Alliance Muteshekau-shipu