Réseau cellulaire en Minganie : « C’est un enjeu de sécurité! »

La question de la sécurité est au cœur du propos mis de l’avant par la députée: « Au-delà de l’isolement difficile causé par l’absence de réseau, c’est un enjeu de sécurité. S’il arrivait malheur à un automobiliste sur les sections de la route où le réseau est inaccessible, il serait incapable de contacter les secours. Franchement, c’est un scénario invraisemblable en 2021. Il ne faut pas attendre que le pire se produise! » déplore-t-elle.

Par Catherine Morin, Initiative de journalisme local, Le Portageur

Cette lettre donne suite à une première communication adressée au ministère de l’Innovation des Sciences restée encore à ce jour sans réponse.

Elle salue néanmoins au passage l’investissement de 8M$ du gouvernement fédéral pour l’amélioration de l’accès internet en Basse-Côte-Nord, mais estime que ce n’est pas suffisant, et que l’accès au réseau devrait s’appliquer à l’ensemble des résidents de la Minganie. 

« Qu’est-ce que le gouvernement attend pour agir? » Questionne-t-elle. « En collaboration avec le gouvernement du Québec et les compagnies de téléphonie cellulaire, il faut rapidement mettre en place les mesures nécessaires pour connecter l’entièreté de la Côte-Nord au reste du monde. La sécurité de nos gens, c’est prioritaire! » poursuit la députée. 

Celle qui était récemment en visite en Minganie et sur la Basse-Côte-Nord avec le chef du partie bloquiste Yves-François Blanchette entend bien continuer de défendre les intérêts des habitants de la région. Lors de ce passage en juillet, elle s’était entres-autres prononcé sur des enjeux liés au transport et à l’approvisionnement, deux enjeux cruciaux pour le développement touristique de la région.