Retour du trou noir pour les saisonniers en 2022, déplore Action-Chômage Côte-Nord

L'industrie touristique est défavorisée par les mesures fédérales liées à la COVID, selon Action Chômage Côte-Nord

L’annonce de la ministre Chrystia Freeland le 30 juillet de la prolongation de trois prestations canadiennes ne règle rien pour les travailleurs saisonniers. Ils se retrouveront encore dans un trou noir sans revenu avant la reprise du boulot au printemps 2022, selon Action-Chômage Côte-Nord.

«Pourquoi ne pas aider aussi les travailleurs de l’industrie saisonnière, Mme Freeland ? », se demande la coordonnatrice Line Sirois. Action-Chômage Côte-Nord salue tout de même la mesure liée à la COVID-19 prolongée jusqu’au 23 octobre, puisqu’elle aide des travailleurs sans emploi, qui prennent d’un proche ou pour un congé de maladie.

L’organisme regrette que cette mesure ne tienne cependant pas en compte l’industrie saisonnière. Actuellement à l’emploi, plusieurs travailleurs verront leur saison écourtée par l’absence du tourisme international et ne pourront pas bénéficier de la mesure accordant jusqu’à 50 semaines de prestations d’assurance-emploi.

Les saisonniers sont encore une fois les grands oubliés du gouvernement, critique Line Sirois. «Le Canada a mis sur pied des mesures exceptionnelles pour la pandémie. Il a agi rapidement. Mais pourquoi en est-il autrement pour les travailleurs de l’industrie saisonnière?», se questionne la coordonnatrice. Action-Chômage Côte-Nord demande au gouvernement fédéral de prolonger la mesure des 50 semaines afin d’être équitable.