Retour en forêt apprécié après des jours d’inquiétude à la ZEC Matimek

La ZEC Matimek est demeurée fermée une semaine, mais les pêcheurs s'en donnent à cœur joie depuis quelques jours. (Photo Facebook Zec Matimek)

Les feux de forêt ont forcé une semaine de fermeture à la ZEC Matimek, créant de l’inquiétude et quelques annulations. De retour sur le territoire depuis une semaine, les membres profitent de la bonne saison de pêche, puisque les belles prises sont au rendez-vous.

Le président ZEC Matimek Sept-Îles Jean-Philippe Gauvin a trouvé l’épisode inquiétant, même si les feux n’ont pas touché la grande zone d’exploitation contrôlée. Le support du ministère des Forêts et de ses agents de la faune a facilité l’évacuation des gens qui se trouvaient sur la ZEC et la fermeture. Plusieurs personnes souhaitaient retourner à leur chalet.

Belle collaboration en forêt

«Nous avons répondu à beaucoup de questions, mais en général les gens ont été compréhensifs. Toute la ville de Sept-Îles était sous une menace d’évacuation», précise Jean-Philippe Gauvin.

Entrevue avec: Jean-Philippe Gauvin, président ZEC Matimek Sept-Îles

Matimek est la deuxième plus grande ZEC au Québec. Elle héberge plus de 200 beaux de villégiature et opère trois campings de 150 places, une marina et des chalets locatifs.

Les résidents de Sept-Rivières représentent environ 75% de la fréquentation sur la ZEC Matimek. La fermeture décrétée en début de saison a reporté certains travaux. Les impacts se traduisent surtout par 15% d’annulation des séjours et les inquiétudes des habitués.

Une ZEC qui se diversifie

La chasse et la pêche ne sont plus les seules activités phares à la ZEC qui a sa principale barrière d’entrée à moins de 20 minutes du centre-ville de Sept-Îles. Le conseil d’administration ajoute chaque année des infrastructures et équipements en location pour diversifier l’offre en plein air.

«On essaye de suivre la demande et la tendance au Québec. Les gens recherchent une expérience, pas seulement aller à la pêche et prendre leur quota de truite», souligne le président Jean-Philippe Gauvin.

Ce dernier se réjouit des contributions des grandes entreprises de Sept-Îles et du partenariat avec la communauté de Uashat mak Mani-utenam pour garder les tarifs accessibles, entretenir les chemins forestiers et améliorer l’offre de services plein air.