«Rien de sauvage» dans la saisie à la bleuetière de Pentecôte

Billy Gagné et l'équipe de AuBill Transport sont restés en retrait pendant l'échange entre l'huissier, les agents de la SQ et les propriétaires de la bleuetière. (photo Pascal Grenier)

L’exécution d’un mandat de saisie le 28 juin à la bleuetière de Pentecôte n’avait rien de sauvage comme le prétend le propriétaire, selon Billy Gagné de la compagnie AuBill Transport. M. Gagné explique qu’il a accompagné l’huissier pour récupérer légalement de la machinerie qui se trouvait éparpillée à la grandeur de la bleuetière.

Pascal Grenier de Bleuets Grenier et Fils prétendait la semaine dernière qu’il avait subi une exécution sauvage et agressive d’un mandat de saisie par la compagnie de transport de Port-Cartier et l’huissier.

Billy Gagné soutient que son entreprise a accompagné l’huissier et la Sûreté du Québec avec tous les documents légaux. Le mandat comprenait une liste précise d’équipements à saisir. Selon M. Gagné, il y eu absence de collaboration des gens de la bleuetière, mais pas de chicane.

Bleuets Grenier et fils est incapable de rembourser un montant de 700 000$ à Financement agricole Canada, venu à échéance le 31 mai. Elle s’est vue refuser un délai supplémentaire.