Rio Tinto aide des groupes d’ici qui luttent contre la violence envers les femmes

Des millions de tonnes de fer sont transbordées chaque année par Rio Tinto IOC dans des minéraliers à Sept-Îles (photo Rio Tinto IOC)

À Havre-Saint-Pierre, Sept-Îles, Uashat mak Maliotenam et d’autres endroits où la compagnie réalise ses activités économiques, Rio Tinto finance des groupes impliqués dans la campagne de sensibilisation contre la violence envers les femmes.

Le Centre le Volet des femmes à Havre-Saint-Pierre, le conseil des Innus de Uashat mak Maliotenam pour les services de première ligne, le Regroupement Mamit Innuat et le Centre Femmes aux 4 vents de Sept-Îles reçoivent de l’argent pour leur mission.

Au total cette année, Rio Tinto accorde 400 000 $ à 15 organisations offrant des services essentiels aux personnes touchées par la violence conjugale et familiale.

Au Canada, la campagne de sensibilisation prend la forme de 16 jours d’activisme contre la violence. Au Québec, elle dure 12 jours pour se terminer sur des commémorations de l’événement du 6 décembre 1989, alors que 14 jeunes femmes ont été assassinées à l’École Polytechnique de Montréal, seulement parce qu’elles étaient des femmes.

« Rio Tinto croit fermement que tout le monde mérite de se sentir en sécurité. Notre engagement va au-delà du lieu de travail» a déclaré la directrice exécutive, Rio Tinto Fer et Titane, Sophie Bergeron.

Dans le cadre de son engagement envers la sécurité et le bien-être de ses employés, Rio Tinto met à leur disposition des ressources, notamment des congés payés supplémentaires, un hébergement d’urgence et un soutien financier s’ils sont victimes de violence conjugale et familiale.