Rio Tinto augmente sa production de fer et s’inquiète de l’approche d’une récession

Rio Tinto IOC exporte des millions de tonnes de fer à partir de Sept-Îles chaque année.(photo Rio Tinto)

Très active dans l’économie de Sept-Îles, Havre-Saint-Pierre et du Labrador, la multinationale Rio Tinto a publié vendredi des commentaires prudents sur l’économie mondiale, avec les résultats de son 2e trimestre.

On y note une performance record en matière de sécurité à la filiale IOC et une hausse de 8% des exportations de fer à Sept-Îles comparé au trimestre précédent. Le chef de la direction de Rio Tinto Jakob Stausholm se réjouit des perspectives d’avenir avec le début, en juin, de production de scandium au Québec à partir du titane de la mine de Havre-Saint-Pierre.

Rio Tinto Aluminium enregistre une baisse de la production d’aluminium de 10%. Au Canada, un problème survenu à l’usine Kitimat en Colombie-Britannique. Rio Tinto est actionnaire à 40% de l’aluminerie Alouette à Sept-Îles et possède des alumineries au Saguenay-Lac-St-Jean, en Australie, en Islande, et en Nouvelle-Zélande notamment.

La haute direction de la société minière anglo-australienne a profité de l’occasion vendredi pour souligner ses inquiétudes concernant une récession sur les marchés mondiaux et la crise énergétique. La guerre russo-ukraine et les restrictions de COVID en Chine s’inscrivent parmi les préoccupations de la multinationale Rio Tinto.

Le chef de la direction Jakob Stausholm réaffirme la volonté d’investir partout dans le monde pour la transition énergétique, décarboniser ses pratiques et être un employeur de choix.