Rio Tinto et bp ont testé un biocarburant maritime pour la première fois entre Rotterdam et Sept-Îles

Rio Tinto IOC exporte des millions de tonnes de fer à partir de Sept-Îles chaque année.(photo Rio Tinto)

Le géant minier Rio Tinto et la multinationale du pétrole et de l’énergie bp réalisent sur un an l’essai d’un biocarburant dans l’objectif de réduire les émissions de carbone en transport maritime. Le premier voyage du RTM Tasman de Rio Tinto a été couronné de succès de Rotterdam jusqu’aux installations portuaires de la filiale IOC à Sept-Îles, en avril.

Les résultats de la navigation après 12 mois aideront Rio Tinto à étudier les moyens de réduire ses émissions de carbone provenant de sa flotte de navires. La directrice des Opérations, Laure Baratgin précise que les biocarburants durables ont le potentiel de devenir d’importants combustibles de transition vers l’objectif de zéro émission nette pour le transport maritime.

La compagnie veut éliminer entièrement les émissions provenant de l’expédition de minerai aux clients d’ici 2050. Pour l’entente avec Rio Tinto, bp utilise un biocarburant composé de 30% de biodiesel renouvelable et 70% de mazout à très faible teneur en soufre. Ce mélange réduira les émissions de dioxyde de carbone de 26% par rapport au mazout maritime standard.