Sept-Îles affiche encore le coût de la vie le plus élevé au Québec, selon l’IRIS

Pour une cinquième année consécutive, Sept-Îles affiche le revenu viable le plus élevé des sept villes québécoises étudiées par l’Institut de recherche et information socioéconomiques (IRIS). Pour échapper à la pauvreté, une famille de Sept-Îles a besoin de 7000$ de plus qu’une famille de Trois-Rivières, conclut l’étude publiée hier.

Le logement, l’épicerie et les transports coûtent plus cher à Sept-Îles, selon l’IRIS qui a étudié aussi la situation à Sherbrooke, Montréal, Québec, Saguenay et Gatineau.

Le maire Réjean Porlier avait vivement critiqué l’an dernier la méthodologie de l’IRIS qui considère qu’un couple a besoin de deux voitures à Sept-Îles en raison de l’absence de transport en commun. La chercheuse de l’IRIS Ève-Lyne Couturier a pris en considération la critique du maire.

Ève-Lyne Couturier, chercheuse de l’IRIS

Le but de l’étude sur le revenu viable 2020 est de savoir quand une personne sort de la pauvreté au Québec. Le revenu viable pour deux adultes et deux enfants fréquentant un CPE à Sept-Îles est de 66 036$.

Entrevue avec Ève-Lyne Couturier, chercheuse Institut de recherche et information socioéconomiques (IRIS)