Sept-Îles affiche un des plus hauts taux de «grande vulnérabilité» au Québec

Le CFP de Sept-Îles est appelé à jouer un rôle pour les personnes qui ont une formation insuffisante.

Seulement deux villes et quelques quartiers de Montréal ont un indice de grande vulnérabilité plus élevé qu’à Sept-Îles. Quelques 1845 Septiliens vivent dans une spirale de précarité, en raison d’une formation inadéquate.

Une nouvelle étude réalisée pour le compte de la Fondation pour l’Alphabétisation révèle que l’indice est de 8,92% à Sept-Îles, alors que la moyenne québécoise est de 6%. Baie-Comeau a une situation plus enviable, avec un indice de grande vulnérabilité de 3,67%.

L’économiste et auteur de l’étude Pierre Langlois explique que malgré la richesse apparente, près de 9% des Septiliens se retrouvent dans un niveau élevé de pauvreté économique et sociale.

Les gouvernements doivent investir dans l’employabilité de ces personnes dans le contexte de pénurie de main d’œuvre. L’économiste Pierre Langlois croit que les efforts pour contrer le décrochage scolaire sont plus essentiels que jamais.

Entrevue: Pierre Langlois, économiste et auteur de l’étude