Sept-Îles applique une politique en loisir vieille de 40 ans, déplore un coach de volley

Pas facile de planifier les loisirs à Sept-Îles avec une politique qui date de 1983 et des infrastructures vieillissantes.

Entraîneur de l’équipe Côte-Nord de volleyball aux Jeux du Québec et responsable de la Ligue de beach-volley, Patrick Hudon a invité cette semaine les élus de Sept-Îles à renouveler la politique en sport et loisir de la Ville, qui date de 1983. Il croit que le plan de match est en ruine, à l’image des infrastructures à Sept-Îles.

«C’est terrible ce qui est écrit là-dedans. Je n’étais pas en vie et Mario Lemieux jouait Junior majeur à l’époque. C’est désuet!» Patrick Hudon a reçu plusieurs messages d’appuis, depuis son intervention lundi soir à la séance publique du conseil à l’Hôtel de Ville de Sept-Îles. Il a été convoqué à une rencontre avec le maire et la direction générale.

La Ville a misé sur un projet de complexe multisport après une consultation du milieu. Maintenant que le projet n’a pas trouvé de financement, il y a lieu de redéfinir la vision en sport et loisir avec un plan concerté, croit-on.

Patrick Hudon n’a pas apprécié la décision de la Ville d’investir sans consulter au Parc Bruno-Pauletto derrière l’école Jean-du-Nord pour y déménager des terrains de tennis. La Ligue de beach-volley souhaitait y aménager quatre terrains de plus pour permettre la tenue de compétitions provinciales à Sept-Îles. «Les terrains de basket disparaissent, il manque de gymnase et l’aréna est en ruine», a-t-il rappelé lundi.

Le conseil municipal promet de revoir sa politique en loisir d’ici 3 ans. Il y aura aussi un nouveau plan directeur pour les parcs et espaces verts.