Situation stressante pour une famille victime de la fermeture de la rue des Campeurs

La fermeture définitive de la rue des Campeurs crée une situation de stress pour une famille de Clarke City, (Crédit photo: Gervais Gagné)

La Ville de Sept-Îles ferme à tout jamais le bout de la rue des Campeurs à Clarke City, en raison des menaces d’érosion. Quatre chalets et une maison seront démolis. La famille qui l’habite a reçu peu d’aide jusqu’à maintenant.

Un spécialiste du ministère de la Sécurité publique est sur place aujourd’hui jeudi, parce que la seule résidence permanente impliquée n’a pas été classée dans la zone à haut risque. La situation devra être corrigée pour que la famille concernée obtienne du soutien financier pour son déménagement.

En attendant, le directeur général de la Ville, Patrick Gwilliam est conscient qu’une famille de la section de la rue des Campeurs maintenant fermée, vit une situation stressante.

Patrick Gwilliam directeur général Ville de Sept-Îles

L’Université du Québec à Rimouski complète une série de relevés sur le terrain et d’études qui identifieront les zones à risque d’érosion et de submersion sur le territoire de Sept-Îles s’étendant des rivières Brochu à Matamek.

Le DG de la Ville Patrick Gwilliam se réjouit de travailler en amont, plutôt que d’attendre la prochaine grande tempête du genre de celle de décembre 2016 qui a déclenché tout le processus.

Patrick Gwilliam directeur général Ville de Sept-Îles

Les propriétaires de chalet en zone à risque d’érosion eux, ne reçoivent aucune aide de l’état. Pour l’instant, aucune autre fermeture de rue n’est prévue sur le territoire de Sept-Îles, mais quelques bâtiments des secteurs Moisie et Les Plages se retrouvent dans des secteurs à risque.

Entrevue avec le DG de la Ville Patrick Gwilliam