«Tout est encore possible» pour les Basques, dans la Ligue de hockey Senior AA de la Côte-Nord

Victorieux 8 à 2 contre les Gaulois le 22 décembre, les Marchands connaissent une excellente saison dans la Ligue Senior AA Côte-Nord. (Photo Facebook Marchands Havre-Saint-Pierre Crédit Hugues Plamondon)

L’avantage de la glace en série constitue l’enjeu des derniers matchs du calendrier régulier de la Ligue de hockey Senior AA de la Côte-Nord. C’est le cas du match de ce vendredi soir entre les Gaulois de Port-Cartier contre les Basques à Sept-Îles. «Tout est encore possible», selon Coach François Boudreault.

Les Basques ont encore une chance mathématique de devancer les Marchands de Havre-Saint-Pierre au classement, mais se contenteraient du deuxième rang. La Ligue prévoit des séries demi-finales deux de trois, ce qui rend l’avantage de la glace plus attrayant. La première position affrontera la quatrième, avec deux parties à domicile pour le champion de la saison.

Pour l’instant, les Cayens sont en bonne position pour terminer la saison en tête. Après le match de ce soir, il restera quatre parties en janvier avant les séries, dont trois impliquent les Pionniers de Baie-Comeau.

Profondeur des Basques

L’entraîneur-chef des Basques de Sept-Îles François Boudreault mise sur la profondeur de l’équipe qui s’entraînait encore hier. «Nous avons plusieurs jeunes joueurs qui évoluent au niveau Senior pour la première fois. Ils ont progressé et profité de l’expérience des vétérans.»

Coach Boudreault explique le succès du club du Havre par une bonne exécution des jeux de base en étant combattif pour aller chercher la rondelle et lancer vers le filet. Il anticipe une fin de saison et des séries excitantes.

L’entraîneur de Sept-Îles s’attend à un match robuste contre Port-Cartier ce vendredi soir, alors que l’aréna Conrad-Parent sera rempli à pleine capacité.

Les Basques ont besoin de deux victoires et deux défaites des Marchands de Havre-Saint-Pierre. Sinon, les probabilités sont bonnes de se trouver avec des séries Marchands-Gaulois d’un côté et Basques-Pionniers de l’autre.