Toute la Nation innue se réjouit de la décision de la Cour suprême qui favorise les DPJ autochtones

La Nation innue apprécie une décision de la Cour suprême qui a mis l’accent sur la réconciliation. (Photo Jean St-Pierre, Macotenord.com)

Les neuf chefs de la Nation innue au Québec se réjouissent de la reconnaissance par la Cour suprême du Canada depuis vendredi du droit autochtone à l’autonomie gouvernementale en matière de protection de l’enfance.

La décision est remplie d’espoir pour la création de services de DPJ par et pour les Innus, concluent les chefs. Ils s’attendent à ce que le gouvernement du Québec respecte maintenant l’autonomie des communautés et reconnaisse le droit des gouvernements des Premières Nations d’opérer des services aux familles.

Ce sont les prétentions de Québec qui ont été rejetées par la Cour suprême dans son jugement rendu public vendredi. Le gouvernement Legault contestait la Loi fédérale concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis.

Des conseils de bande, dont celui de Uashat mak Mani-utenam, avaient déposé des mémoires au plus haut tribunal du pays. Les juges ont mis l’accent sur la réconciliation, remarque la Nation innue. La Loi fédérale s’attaque aux torts occasionnés aux enfants autochtones et à leurs familles.

Lire aussi : Le conseil ITUM se réjouit d’une décision de la Cour suprême au sujet de la protection de l’enfance