Trop de Nord-Côtiers encore mal informés concernant le tri et la collecte sélective

(Image bacimpact.ca)

Un sondage pour l’organisme Éco Entreprises Québec nous révèle que les Nord-Côtiers sont conscients de l’importance du geste de tri pour la collecte sélective. Toutefois près d’un citoyen de la Côte-Nord sur deux (43%) se dit mal informé pour faire les choses correctement en mettant les bons objets dans le bon bac.

Il y a seulement 20% des résidents de la Côte-Nord qui en cas de doute vérifient si la matière qu’il dépose au bac bleu est bien recyclable. Selon la porte-parole de l’organisme désigné par le gouvernement pour une bonne gestion de la collecte sélective Marie-Claude Rivet, les conséquences sont néfastes pour la Ressource de réinsertion Le Phare basé à Port-Cartier. Le Centre de tri doit rejeter plusieurs déchets qui ne seront pas recyclés.

Sensibilisation nécessaire

« On retrouve dans ces centres des sceaux de vieille peinture, boyaux d’arrosage, des quantités incroyables de téléphones cellulaires… On se réjouit de l’enthousiasme pour la récupération, mais il ne faut pas y mettre n’importe quoi. »

Entrevue avec Marie-Claude Rivet, Cheffe Stratégie et Affaires publiques Éco Entreprises Québec

Le sondage de la firme Léger révèle aussi que 94% des Nord-Côtiers ont confiance en l’impact du système de tri au Québec. «C’est une bonne nouvelle s’exclame Marie-Claude Rivet. Les gens participent, mais manquent d’information et ne prennent pas les deux secondes de réflexion nécessaire pour déposer le matériel su bon endroit. »

Bac Impact

Éco Entreprises Québec a lancé cette semaine la campagne Bac Impact qui explique que tout ce qui se recycle ne va pas nécessairement dans le bac bleu. À l’aube de l’arrivée du compostage avec une troisième poubelle prévue à l’automne dans Sept-Rivières, ce sont 81% des citoyens de la région qui participent au quotidien à la collecte sélective. Mais 90% de la population régionale veut être mieux informé sur les bons gestes de tri des matières recyclables.

La campagne Bac Impact vise à inviter les citoyens à consulter la liste des matières qui sont vraiment récupérées. Il y va de l’efficacité du recyclage au Québec et de la sécurité des travailleurs des centres de tri, selon la porte-parole de Éco Entreprises Québec.

Actuellement, près de la moitié des citoyens de la Côte-Nord et du Québec pensent à tort que certains plastiques peuvent aller dans le bac de récupération. Le manque d’intérêt (53 %), de connaissances (35 %) et de temps (35 %) sont les principales raisons pour lesquelles les Québécois reconnaissent ne pas s’informer à propos des instructions du tri.