Un diagnostic numérique permettra d’améliorer les formations en région liées à l’industrie minière

L'industrie minière est appelée à se robotiser. Elle aura besoin de travailleurs avec des compétences différentes

L’Institut National des Mines publie aujourd’hui un outil pour mesurer l’intégration du numérique dans les écoles d’enseignement qui forment les travailleurs de l’industrie minière. Il permet d’évaluer des programmes d’études enseignés au Cégep ou au Centre de formation professionnelle de Sept-Îles.

Le directeur des opérations pour Fermont et Port-Cartier chez ArcelorMittal Guy Belleau a témoigné au lancement ce matin de la pertinence du diagnostic proposé par l’Institut des mines. La tendance se dirige vers des mines intelligentes, dont l’exploitation demandera des compétences différentes, croit-il.

Le nouvel outil est complémentaire à d’autres recherches publiées par l’INM comme celle qui identifiées les métiers de l’avenir et les besoins de main-d’œuvre dans l’industrie minière d’ici 2023.

Le conseiller à l’innovation et la recherche à l’Institut Alexandre Nana ont ainsi développé un outil éclairant pour les compagnies minières opérant sur la Côte-Nord et au Québec, concernant les compétences numériques tant pour les futurs travailleurs que pour la formation continue au sein de ces grandes entreprises.

Entrevue avec le conseiller à l’innovation et la recherche à l’Institut National des Mines Alexandre Nana