Un documentaire sur la révolte ouvrière de 1972 tourné à Sept-Îles

Jean-Pierre Dallaire est debout à l'endroit exact où 50 ans plus tôt il participait à l'assemblée générale du 10 mai 1972 au Palais des sports de Sept-Îles, aujourd'hui rebaptisé aréna Conrad Parent. C'est là où, selon Jean-Pierre, tout a commencé: dès 10 heures du matin, un peu plus d'un millier de travailleurs et travailleuses se rassemblent et décident, sous l'impulsion des ouvriers de la construction, d'occuper la ville. (Crédit photo : Christian_Fleury)

Depuis 7 ans, Pierre Luc Junet et David Simard travaillent sur un documentaire, Pouvoir oublier, racontant l’histoire du premier Front commun et la longue révolte de mai 1972, particulièrement ce qui s’est déroulé dans la ville de Sept-Îles à cette époque.

Selon le réalisateur David Simard, la révolte ouvrière qui s’est déroulée à Sept-Îles est inédite au Québec.  Les deux acolytes sont actuellement dans la ville, afin de rencontrer des acteurs importants dans cette crise. Le tournage devrait se débuter la semaine prochaine.

En mai 1972, Sept-Îles a été complètement prise sous contrôle par les travailleurs du secteur public, ainsi que 3000 confrères de la construction, suite à l’emprisonnement de trois chefs syndicaux. Des commerces fermés, des routes bloquées, la radio locale CKCN sous leur contrôle, bref, une grande crise se vivait à Sept-Îles.

Une tragédie est venue assombrir l’heure de gloire des manifestants, alors qu’un homme a foncé dans la foule qui était rassemblée devant le Palais de Justice de Sept-Îles, tuant Herman St-Gelais, et blessant 36 autres personnes, dont plusieurs grièvement.

Une visite guidée

Près de 50 ans plus tard, peu de gens connaissent la séquence des événements de cette révolte historique. Les réalisateurs du documentaire Pouvoir oublier invitent la population à monter dans un autobus jaune, du même type que ceux qui étaient utilisés par les ouvriers en mai 1972 pour fermer la ville. Les participants parcourront ensemble un trajet suivant la chronologie de cette révolte.

Les lieux visités sont au nombre de sept et à chaque arrêt, les réalisateurs présenteront les événements qui s’y sont déroulés. Des protagonistes de l’époque seront également présents afin de partager leurs souvenirs de cette époque.