Un groupe autochtone dénonce la violence d’un agent correctionnel du Pen de Port-Cartier

Pénitencier Port-Cartier

Le Congrès des peuples autochtones dénonce une intervention violente par un agent correctionnel du Pénitencier de Port-Cartier, qui aurait cassé le bras de Nick Dinardo, un détenu autochtone bispirituel.

L’événement dénoncé hier par communiqué est survenu le 30 mai 2021. L’organisme mentionne que le même agent correctionnel aurait cassé les bras de quatre autres détenus dans le passé.

Nick Dinardo aurait été amené à l’hôpital seulement le 7 juin, selon l’organisme reconnu par le gouvernement du Canada pour défendre les droits des détenus autochtones. Le CPA prétend que le détenu a été placé en unité fermée de 22 à 24 heures par jour.

Le porte-parole du Congrès des peuples autochtones explique que Nick Dinardo souffre d’une maladie mentale. Il aurait subi des abus et de la négligence.

Le Congrès des peuples autochtones réclame des solutions sécuritaires pour les détenues bispirituelles et transgenres. Nick Dinardo s’est vue refuser un transfert dans une unité mixte d’un établissement carcéral pour femmes. Le CPA demande aussi au Service correctionnel du Canada d’enquêter sur la violence subie par Nick Dinardo à la prison à sécurité maximale de Port-Cartier.