Un mois de septembre déterminant et « deux semaines quelque peu rock n’roll » avec l’implantation du passeport vaccinal

À l’aube de l’implantation du passeport vaccinal, le ministre de la Santé, Christian Dubé, s’attend malgré tout à « deux semaines quelque peu rock n’roll » afin de mettre en application le passeport vaccinal.

M. Dubé estime que le Québec s’en sort malgré tout beaucoup mieux qu’ailleurs en Amérique du Nord, alors que la quatrième frappe. Avec la rentrée scolaire et le retour au travail, M. Dubé soutient que le mois de septembre sera déterminant partout en province.

Le ministre a tenu à rappeler qu’une « période de grâce » sera mise en place à partir de demain, et ce, jusqu’au 15 septembre. Les commerces concernés devront tout de même demander le Code QR pour les personnes de 13 ans et plus.

Par ailleurs, le ministre a précisé que le code QR papier sera aussi valide, tout comme avec l’application mobile. Pour les personnes de 75 ans et plus pourront profiter d’un allègement, puisqu’il est possible que leur carte d’assurance-maladie ne comporte pas de photo. Ils pourront accéder aux commerces en présentant une carte avec leur adresse.

Il est à rappeler qu’une carte d’identité sera demandée avec la présentation du code QR.

Situation épidémiologique & Vaccination

À l’heure actuelle, Christian Dubé soutient que le niveau de cas est stable en province. Avec les chiffres de l’INSPQ, une augmentation des cas et des hospitalisations est à prévoir dans les régions de Montréal et Laval.

La semaine dernière, le Québec tournait aux alentours des 600 nouveaux cas de COVID-19 quotidiennement. Hier, la province recensait 425 cas et un décès. Le ministre de la Santé s’attend à une augmentation avec la rentrée.

En date d’aujourd’hui la couverture vaccinale au Québec s’élève à 86% pour une première dose et 79% pour une deuxième dose.

Christian Dubé a tenu à remercier une nouvelle fois les Québécois pour leurs efforts.

Au cours des prochaines semaines, avec les recommandations de la Santé publique, les efforts de vaccination seront augmentés dans les écoles primaires. La vaccination auprès des 5 à 11 ans serait également à l’étude.

Il ne serait pas écarté de voir la vaccination obligatoire s’élargir dans d’autres secteurs d’activités que la santé. Pour l’instant, des recommandations sont attendues de la Santé publique.