Un sondage confirme la volonté unanime des Nord-Côtiers pour le droit de pêche récréative

Plusieurs citoyens de la Côte-Nord ont marché dans les rues de port-Cartier en juin 2019 pour le droit à la pêche récréative.

Près de 1000 résidents de la Côte-Nord ont répondu au sondage sur la pêche récréative, initié par la députée Marilène Gill. La volonté est unanime de se réapproprier le fleuve, avec le droit de capturer en famille du homard ou de pêcher de la morue.

«C’est clair comme de l’eau de roche. Les Nord-Côtiers ont le profond désir de ravoir accès à la pêche récréative, usage traditionnel qui existait chez nous bien avant la règlementation. C’est une question de souveraineté alimentaire et de réappropriation du Saint-Laurent, qui fait partie de nous», a déclaré Marilène Gill.

Elle constate un manque d’accessibilité de l’information, parfois même contradictoire, de la part de Pêches et Océans Canada. Les gens ignorent ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas pêcher, voire où et quand c’est permis…

Le sondage constituait la première phase de consultation. Le Conseil des pêches de Manicouagan et la députée discuteront avec des élus, des chefs autochtones, des organismes et des entreprises.

«Une fois les travaux terminés, je travaillerai à la rédaction d’un règlement proposant de rendre accessible la pêche récréative. Il sera présenté à la ministre Murray. La tâche est colossale mais nous sommes prêts!», a conclu la députée de Manicouagan.

La députée Marilène Gill soutient la cause depuis longtemps.