Un tribunal d’un nouveau genre verra le jour à Sept-Îles

Palais de justice de Sept-Îles.

Le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette, a annoncé ce lundi que le district de Mingan fait partie de la deuxième série retenue dans le déploiement des tribunaux spécialisés en violence sexuelle et en violence conjugale. 

Au Québec, il n’y a qu’environ 5% seulement des infractions de nature sexuelle qui sont dénoncées. Ce chiffre, rappelé par le ministre de la Justice, témoigne que de nombreuses victimes hésitent à dénoncer leur bourreau et à porter plainte.

Pour que le palais de Justice de Sept-Îles accueille le tribunal spécialisé, les professionnels qui interviennent au contact des victimes vont être formés par des ressources locales. Un intervenant référent du centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) sera attribué à chaque cas et un seul procureur sera chargé du dossier pendant toutes les procédures. Avec tous ces aménagements, le gouvernement promet un accompagnement soutenu et adapté et ce pour tout le processus judiciaire.

Le tribunal de Sept-Îles sera également aménagé pour que les victimes se sentent plus en sécurité sur le modèle des autres tribunaux spécialisés déjà en place depuis quelques mois. Par exemple, les déplacements seront repensés dans l’édifice pour éviter que victimes et accusés ne se croisent. 

La création de ces tribunaux fait suite à l’adoption du projet de loi 92 déposé par le gouvernement Legault le 10 septembre 2021. Avec cette annonce, c’est un total de dix tribunaux spécialisés qui seront actifs dans les prochains mois partout au Québec. Cinq sont déjà en fonction à Québec, Salaberry-de-Valleyfield, Granby, Drummondville et La Tuque.