Une alliance des syndicats de Rio Tinto Aluminium voit le jour

(Photo Syndicat des Métallos)

Inquiets devant la diminution des fonds de pension et des emplois, 18 syndicats au Québec regroupant des travailleurs de Rio Tinto Aluminium s’unissent. Ils souhaitent échanger de l’information en vue des prochaines rondes de négociation avec l’employeur.

Alors qu’il tente une syndicalisation chez Alouette, le coordonnateur des Métallos de la Côte-Nord, Nicolas Lapierre, a expliqué la semaine dernière que les employés n’ont plus l’impression d’œuvrer en famille pour une entreprise septilienne depuis l’arrivée de Rio Tinto comme actionnaire à 40%. Ce serait une des raisons à l’origine de la démarche d’un groupe de travailleurs de l’aluminerie de Sept-Îles auprès du syndicat.

La nouvelle Alliance des syndicats de l’aluminium représente environ 3000 travailleurs des installations de Rio Tinto au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle regroupe des syndicats locaux affiliés aux Métallos, Unifor et le SCFP. Les 18 unités syndicales conservent leurs indépendances pour défendre les travailleurs de chaque installation.