Une entente historique bonne pour l’économie et l’environnement à Port-Cartier

Les résidus de bois à l'usine Arbec à Port-Cartier.

Des nouveaux emplois, la relance d’une industrie et un pas significatif vers la carboneutralité de l’usine de boulettage d’ArcelorMittal à Port-Cartier. C’est ce qu’on appelle faire d’une pierre trois coups. L’association entre ArcelorMittal et Bioénergie Côte-Nord est une bonne nouvelle pour l’économie de la région selon le maire de Port-Cartier, Alain Thibault.

C’est le maire de Port-Cartier, M. Alain Thibault, qui a proposé un partenariat entre les deux géants afin de relancer l’industrie d’Arbec. Lorsqu’ArcelorMittal et Rémabec se sont assis ensemble pour négocier l’entente, le maire s’est retiré, heureux de voir que l’association allait prendre vie.

« Je suis très heureux de la tournure des événements, on voit nos travailleurs qui réintègrent le travail, une madame est venue me faire une accolade… », raconte le maire de Port-Cartier Alain Thibault.

Par voie de communiqué, Développement économique Port-Cartier a salué cette entente cet après-midi : « « Le travail combiné de tous les intervenants socio-économiques de la région a permis de faire avancer le dossier dans les derniers mois. » explique Gilles Couture, président de Développement économique Port-Cartier. Cette entente permettra de créer des centaines d’emplois du côté forestier, rappelle l’organisation.

Le président et chef de la direction d’ArcelorMittal Exploitation minière Canada, Mapi Mobwano, explique que l’idée de substituer le mazout lourd avec cette huile pyrolytique est un premier par vers la carboneutralité de l’usine de boulettage d’ArcelorMittal à Port-Cartier. En voyant la synergie entre la foresterie et l’acier et à la suite de tests concluants effectués en 2015 pour utiliser cette huile, M. Mobwano se dit être heureux de cette entente.

Le chef de la direction d’ArcelorMittal rappelle que cette entente permettra de réduire de 23 % l’utilisation de mazout lourd à l’usine de Port-Cartier. Il explique qu’il faudra travailler afin de remplacer le 77% restant en produisant plus d’huile pyrolytique ou en utilisant d’autres énergies, comme l’hydrogène, la technologie plasma ou la biomasse.  

Entrevue avec Mapi Mobwano, le président et chef de la direction d’ArcelorMittal Exploitation minière Canada, Réjean Paré, président du Groupe Rémabec et Alain Thibault, maire de Port-Cartier.
(De gauche à droite) Lorraine Richard, députée pour le Parti Québécois dans Duplessis, Réjean Paré, président du Groupe Rémabec, Steeve Beaupré, maire de Sept-Îles, Alain Thibault, maire de Port-Cartier et Mapi Mobwano, le président et chef de la direction d’ArcelorMittal Exploitation minière Canada.