Une étude portera sur les émissions polluantes d’Alouette, ArcelorMittal et IOC

Le virage vert est appelé à se poursuivre à l'usine de boulette de fer de Port-Cartier (Photo archives - Crédit ArcelorMittal)

Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des grands joueurs de l’industrie dans Sept-Rivières, il faut d’abord une captation du Co2 près des cheminées. C’est ce que va réaliser une étude pour un portrait global chez Aluminerie Alouette, ArcelorMittal et Rio Tinto IOC.

Le Centre de recherche et d’innovation en intelligence énergétique du Cégep de Sept-Îles s’associe à la zone d’innovation ZIMER et à CycleCarbone dans cette initiative vers une décarbonation industrielle à Sept-Îles et Port-Cartier.

À l’écoute de la COP28

Chercheurs et grandes industries de Sept-Rivières se mobilisent pour répondre aux appels à l’action de la COP28 et des gouvernements, visant la réduction substantielle des émissions de gaz à effet de serre (GES) industriels.

Les trois grandes entreprises collaborent à l’étude en partageant leurs données et leur savoir, tout en finançant une partie de celle-ci. Alouette, ArcelorMittal et IOC s’engagent dans la réduction de leurs émissions de GES

Outil pour la grande industrie

L’étude scientifique tentera d’identifier les potentiels de substitution et de conversion, ainsi que de développer une synergie dans le milieu industriel. Le bilan s’avérera un outil d’intérêt pour les grandes industries afin de valoriser des extrants et, éventuellement, les transformer en produits à valeur ajoutée, favorisant ainsi la mise en place d’une économie circulaire.

Le projet de recherche totalisera des dépenses de 425 000 $. Il bénéficie d’un financement de 150 000 $ du ministère québécois de l’Environnement. Les entreprises impliquées contribuent à hauteur de 100 000 $ et la MRC Sept-Rivières 150 000 $.