Une intervenante de la DPJ accusée pour trafic de cocaïne

Jessica Scremin, Photo tirée de Facebook.

Jessica Scremin, une intervenante de la Direction de la protection de la jeunesse du bureau de Sept-Îles devra subir un procès en lien avec des accusations pour trafic de cocaïne.

La jeune femme de 25 ans a comparu jeudi au palais de justice de Sept-Îles dans le cadre de son enquête préliminaire.

Au terme de cette procédure dont le contenu est protégé par une ordonnance de non-publication, il a été convenu de citer l’accusée à procès sur trois chefs pour possession et trafic de stupéfiants en plus de possession de biens criminellement obtenus. Le procès se tiendra devant juge seul à une date ultérieure.

Jessica Scremin, criminologue, avait été arrêtée sur son lieu de travail dans les bureaux de la DPJ le 26 mars 2021 avant d’être interrogée et libérée sous promesse de comparaître.

Selon des informations obtenues par Arsenal Media dans les jours suivant son arrestation, l’employée de la DPJ avait été retirée de ses fonctions jusqu’à nouvel ordre.

Lors de l’opération policière en mars, deux autres accusés avaient été arrêtés par les enquêteurs de la Sûreté du Québec, il s’agit de Tommy Tremblay, 29 ans et de Samuel Morais, 20 ans.

De plus, des perquisitions avaient eu lieu dans des résidences, des garages et des véhicules permettant aux policiers de saisir près d’un demi-kilogramme de cocaïne, 250 000$ en argent, une camionnette Ford F-150 2020 en bien infractionnels, avec un Dodge Ram 2020, une motoneige 2021 et du matériel utilisé pour le trafic de cocaïne.

Les présumés trafiquants écoulaient leur marchandise à Sept-Îles et dans la communauté innue de Uashat-Maliotenam.