Vers un règlement du conflit qui paralyse l’industrie de la crevette nordique

Les poissonneries de la Côte-Nord ont été les seules à profiter de débarquements de crevette cette année, puisque les usines à Matane sont fermées.

Le conflit qui perdure depuis le début de la saison entre pêcheurs et propriétaires d’usines de crevette pourrait prendre fin bientôt à la suite d’une nouvelle proposition des transformateurs. Le directeur de Pêcherie Uapan à Uashat|Sept-Îles, Yan Tremblay, est confiant d’une entente pour sauver la saison 2022, mais reconnaît que l’industrie vit une grande crise.

Les pêcheurs de la Côte-Nord ont effectué seulement quelques voyages en début de saison pour alimenter les poissonneries locales. La Régie des marchés agricoles du Québec a donné raison aux industriels la semaine dernière en reportant le prix versé l’an dernier au débarquement, ce qui n’a pas satisfait les pêcheurs.

Les discussions ont repris entre l’Office des pêcheurs de crevette du Québec et l’Association québécoise des Industriels de la pêche. Une nouvelle proposition de l’AQIP sera étudiée cette semaine par les pêcheurs, qui subissent une baisse de quotas et une hausse du prix du carburant.

Le taux de capture a été plus difficile en début de saison dans le banc de crevette au large de Sept-Îles et Port-Cartier, s’inquiète le directeur de Pêcherie Uapan Yan Tremblay. Il s’agit pourtant du secteur le moins affecté par la diminution des stocks de crevette selon les avis scientifiques.

Entrevue avec le directeur de Pêcherie Uapan Yan Tremblay