Vives réactions sur la Côte-Nord suite au décès de Joyce Echaquan dans des circonstances nébuleuses

Plusieurs vigiles se sont déroulées hier soir dans les communautés innues de la Côte-Nord à la suite du décès de l’Atikamekw Joyce Echaquan, apparemment victime de racisme à l’Hôpital de Joliette. Des femmes innues expriment leur indignation depuis la diffusion d’une vidéo choquante.

Les chefs des neuf communautés de la Nation innue dénoncent vigoureusement le racisme dont a été victime la mère Atikamekw décédée lundi. Mike Mckenzie chef du conseil de bande d’Uashat mak Maliotenam se dit bouleversé et choqué par le tragique événement.

Les chefs de la Nation innue appuient la démarche de l’Association des Premières Nations du Québec et du Labrador qui a déposé hier son plan d’action sur le racisme et la discrimination. Il propose des actions immédiates qui mettent à contribution les citoyens du Québec. 

Le grand chef Ghislain Picard affirme que le décès d’une femme Atikamekw à Joliette illustre cette triste réalité du racisme par des gens qui sont inconscients de leurs gestes.

Très en colère, Ève Ringuette d’Uashat remarque que la vidéo montre à quoi peut ressembler le racisme systémique. L’ancienne conseillère de Maliotenam Virginie Michel écrit sur sa page Facebook «qu’il faut bien dire les vraies choses, nous avons assisté à un meurtre en live…»